L’amélioration de notre économie passe avant tout par la quête de notre Souveraineté Numérique

0
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});


Comment reprendre la main sur notre indépendance technologique et numérique, et quels en sont les enjeux ?

Gaël Duval
Article rédigé par Gaël Duval, créateur du système Linux-Mandrake, puis co-fondateur de MandrakeSoft. Entrepreneur, défenseur de l’Open Source, il a commencé à travailler sur un projet de “Startup Factory” avec plusieurs partenaires. Le projet se nomme “NFactory“, et a été lancé en septembre 2016.
Cet article s’inscrit dans notre rubrique « Paroles de Pros » dans laquelle des acteurs réputés du numérique prennent la parole sur des sujets liés à l’impact d’internet et des nouvelles technologies sur nos modes de vie.
En savoir plus sur Paroles de Pros et retrouver tous les articles de la rubrique


rss-blog-icontwitter-icongoogleplus-iconlinkedin-icon

 

 

À l’heure où tous les analystes et hommes politiques se préoccupent du fort taux de chômage et d’une croissance économique atone, source de multiples problèmes sociaux, à l’heure où les déficits publics deviennent colossaux alors que les prélèvements obligatoires n’ont jamais été si élevés, très peu abordent ou considèrent la question de notre indépendance technologique et numérique. Et pourtant !

L’économie moderne repose sur une révolution industrielle que nous ne maîtrisons pas

Aujourd’hui, la croissance dans beaucoup de pays industrialisés est tirée par les progrès fulgurants des technologies numériques, qui depuis 20 à 30 ans sont en révolution permanente.

Les sociétés devenues les plus riches aujourd’hui, celles qui emploient des milliers de personnes, celles qui font vivre des écosystèmes économiques entiers, qui peuvent réinvestir massivement dans la recherche, et essaimer de nouvelles aventures porteuses d’avenir, ce sont les entreprises américaines du logiciel et du numérique : Google, Apple, Facebook, Amazon…

Ces entreprises sont nées de la révolution du logiciel depuis les années 70, puis d’Internet dans les années 90.

Pendant ce temps en France, et même à l’échelle de l’Europe, c’est comme si nous n’avions rien vu venir : nous passons notre temps à nous lamenter sur notre vieille industrie qui ne cesse de décliner, en la subventionnant régulièrement pour éviter qu’elle ne coule trop vite. Pendant ce temps le train de la révolution industrielle numérique continue de passer, devant nos yeux, et nous restons à quai.

D’autres pays l’ont compris depuis un moment, comme la Chine, qui a pris des mesures fortes, quasi-isolationnistes il faut le reconnaître, en coupant son réseau Internet du reste du monde, pour des raisons de politiques internes. Mais ils ont également investi massivement dans la formation, les nouvelles technologies, le numérique… Et désormais, ils envoient des hommes dans l’espace, et lancent des géants du numérique comme Alibaba, qui peut maintenant venir rivaliser avec Amazon.

Pas seulement un problème économique…

La question économique est tragique, mais ce n’est pas tout : se sentant pousser des ailes, les américains, notamment, ont lancé des programmes massifs de surveillance d’Internet, comme le programme PRISM, révélé par Edward Snowden en 2013, qui permet de ficher et tracer tous les habitants de la planète via leur activité Internet et leurs communications GSM. Rien que ça.

D’autres actions sont avérées, comme l’utilisation de vers informatiques pour déstabiliser des puissances étrangère, comme le vers “StuxNet” qui en 2010 a pu faire dysfonctionner avec succès et à distance cinq sites d’enrichissement d’Uranium en Iran. Ou l’accord passé entre la NSA et la société RSA Security LLC, qui crée les outils de chiffrement parmi les plus utilisés dans le monde d’Internet, pour que cette dernière accepte d’utiliser un algorithme de chiffrement suspecté plus fragile et donc plus facile à casser.

Et même vis à vis de ses alliés les USA se sont comportés de manière incroyablement déloyale, en espionnant les dirigeants Européens, ainsi que le parlement Européen, afin de pouvoir accéder à des informations, notamment économique, donnant un avantage compétitif à certaines sociétés américaines.

En matière de logiciels, il faut bien constater que la domination totale de géants américains Apple, Facebook, Google… et la nature fermée (propriétaire) de ces logiciels, n’offre absolument aucune garantie, ni de sécurité, ni de confidentialité des données. Alors que ces logiciels sont massivement utilisés par les citoyens, les administration européennes, les installations sensibles, la défense…

Et il n’y a pas que le logiciel : en article 2016, un article de presse dévoilait que tous les nouveaux microprocesseurs de la société Intel étaient équipés d’un petit processeur indépendant et chiffré qui doit vraisemblablement permettre de contrôler à distance la machine et remonter des informations via le réseau. En toute discrétion.

C’est grave docteur ? une petite anecdote…

Malheureusement cette situation n’a cessé de s’aggraver : en 1998, je sentais déjà les enjeux énormes du numérique et de son pouvoir naissant sur le monde moderne. C’était une époque où le déjà-géant et non moins américain Microsoft dominait le monde du logiciel avec des produits fermés, qui s’infiltraient rapidement dans tous nos foyers et administrations. C’est pour cette raison (et aussi car c’était cool) que j’ai à l’époque créé le système Linux-Mandrake : il devait fournir une alternative crédible et au code-source ouvert aux systèmes d’exploitation propriétaires. J’ai pu constater, par son adoption importante et l’enthousiasme qu’il a suscité (et suscite toujours), à quel point il répondait à l’époque à une très forte demande, et à un vrai besoin de conquête de nos outils numériques.

Et alors qu’en 2001, un Secrétaire d’Etat délégué au Ministre de l’industrie est venu rendre une visite de courtoisie à Mandrakesoft, à Paris, il fut bien étonné d’apprendre, ce que ses conseillers présents n’ont pas pu démentir : déjà à l’époque un grand nombre de logiciels utilisés à divers étages de l’État et de la défense étaient des logiciels propriétaires qui pouvaient éventuellement transmettre de l’information sensible à des correspondants malveillant, voir permettre une prise de contrôle ou des blocages à distance. Des installations nucléaires, par exemple.

Pour résumer…

Aujourd’hui, quand nous utilisons un logiciel de Microsoft ou de Google :


  • Nous envoyons massivement des devises à l’étranger
  • Nous ne permettons pas à notre économie de se développer et nous limitons notre production de richesses en France et en Europe
  • Nous ne permettons pas au chômage de baisser
  • Nous envoyons des données personnelles ou confidentielles, voire sensibles, qui peuvent être utilisées pour nous contrôler

En bref : nous sommes pillés et asservis. En d’autres termes : nous sommes en train de devenir une colonie numériques des GAFA comme l’expliquait récemment Laurent Alexandre au Sénat.

Tout ceci est le résultat :

  • D’une part d’investissements publics massifs des USA dans les technologies et le numérique depuis les années 50 (programmes militaires, conquête spatiale…), qui ont permis d’inventer l’informatique et les réseaux de télécommunication actuelles, et grâce aux écosystèmes d’ingénieurs qui étaient présents en Californie, de voir l’émergence des acteurs privés majeurs et dominants que l’on connaît.
  • D’un aveuglement et d’une inconséquence totale de nos dirigeants et intellectuels en vue depuis plusieurs décennies, qui préfèrent préserver leurs intérêts à court terme plutôt qu’agir pour créer le monde de demain, c’est à dire réagir dans l’intérêt commun.
  • D’une responsabilité collective : celle de l’acceptation passive. Dormir est plus confortable qu’agir.

Que faire ?

La création de valeur dans l’industrie et les services modernes passe aujourd’hui par le numérique et, de plus en plus, par l’intelligence artificielle. Demain tous les domaines socio-économiques vont se métamorphoser en profondeur. Y compris la santé, l’agriculture, l’énergie, la banque-assurance…

Plus aucun projet industriel majeur ne pourra désormais se passer d’une expertise profonde et d’une maîtrise totale de toute la chaîne numérique, du silicium aux outils en ligne, des algorithmes à la confidentialité des données.

Pour l’avenir de nos sociétés européennes, l’emploi de demain, pour nos enfants, nous devons aujourd’hui prendre conscience de cette situation mortifère et prendre le taureau par les cornes. Faut-il se fermer du reste du monde, se replier sur soi ? Ce serait assurément le meilleur moyen de finir de nous achever collectivement. Il faut se réveiller, prendre conscience de nos forces immenses, des talents et de la créativité dont nous disposons. Nous devons à la fois prendre des actions à court terme, et établir une stratégie à long terme, qui embrasse tous les fronts.

  • Favorisons l’émergence de notre propre culture numérique, liée à nos projets de société. Elle doit devenir omniprésente partout : dans les écoles, de la maternelle à l’Université (en 2017, il n’existe toujours pas d’agrégation en informatique !), dans les médias, dans la création artistique, au cinéma, et même au théâtre !
  • Maillons nos territoires d’infrastructures réseau fibré et hertzien ultra-performantes.
  • Renforçons notre recherche dans les domaine de l’informatique et du numérique : intelligence artificielle, informatique quantique, agents conversationnels, interfaces haptiques sont les prochains “far west” du numérique. Et à court terme, de belles opportunités existent déjà.
  • Favorisons l’émergence d’écosystèmes innovants et d’acteurs majeurs du numérique et de “l’industrie numérisée” en France et en Europe. De véritables acteurs et créateurs, pas des adopteurs-suiveurs.
  • Favorisons l’utilisation des logiciels libres, au code source ouvert, seuls capables d’offrir davantage de garanties de sécurité et de confidentialité à nos administrations et à nos services critiques, et par dessus lesquels nous pouvons recommencer à créer, à innover.
  • Permettons que des fonds d’investissement privés de taille importante puissent massivement investir dans la technologie et le numérique, afin de créer les « licornes » européennes de demain.
  • Mettons en place une politique ambitieuse en terme de chiffrement des données privées, et des lois équilibrées permettant l’interception des données privées uniquement dans le cadre de procédures de justice.
  • Plus généralement, mettons en place des outils et une législation protégeant nos intérêts Européens dans le domaine du numérique, afin de challenger les produits numériques quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent.

Les projets Ariane, Airbus… sont maintenant des succès importants à l’échelle mondiale, qui contribuent fortement à nos économies : ils ont pu démarrer car des dirigeants volontaristes et visionnaires ont eu le courage de les initier il y a 40 ou 50 ans. Faisons de même pour la chaîne du numérique, afin de retrouver de la croissance et ne pas perdre notre indépendance géo-stratégique. Doit-on tout attendre de nos États ? Non ! Sauf qu’il investisse dans une éducation de haut niveau pour nos enfants, et qu’il joue un rôle de facilitateur, en libérant totalement les énergies qui veulent s’exprimer et créer.



Cet article est dérivé de mon chapitre plus détaillé : “From the Sovereign Operating System to the Sovereign Digital Chain”, réalisé pour le CNAM dans le cadre de “History and Philosophy of Operating Systems, HaPop-3 Volume — Third Symposium for the History and Philosophy of Programming.” (en cours de relecture avant publication) et de mon article sur Medium sur le même sujet.

Un grand merci pour leurs suggestions à François Nemo et Franck Lefevre.

Un grand merci à mes correspondants pour nos souvent fructueux échanges, et notamment Jean-Baptiste Kempf (Videolan), Stéfane Fermigier (Nuxeo, Président du GT Logiciel Libre et du Conseil National du Logiciel Libre (CNLL)), Tristan Nitot (Mozilla, CozyCloud), Jean-Paul Smets (Nexedi).

Illustration : Pixabay (CC0 Public Domain)



Source link


vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.