Quand la star du MWC est un canard boiteux

0
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});


Le MWC permet toujours de mettre en avant un smartphone en particulier. Celui dont on parle en permanence, qui a impressionné à la fois la presse, mais emballe également le grand public. En l’absence du Galaxy S8, les paris allaient bon train cette année pour savoir qui serait au centre de l’attention. Le LG G6 ? Le Huawei P10 ? Et pourquoi pas une annonce surprise de la part de BlackBerry ? Raté. Cette année le téléphone, dont tout le monde parle, c’est le Nokia 3310. Oui, un dumb phone, un appareil vendu moins de 50 euros qui doit sa célébrité à son vénérable ancêtre. Gâchons le suspens tout de suite : il ne mérite pas toute l’attention que l’on lui porte.

Faut-il réellement vous présenter le 3310 ? Si vous avez la trentaine, vous avez très probablement possédé le téléphone emblématique de Nokia. Un téléphone aux qualités évidentes – solidité, design, jeux – qui a connu une seconde jeunesse sur les réseaux sociaux grâce aux memes. Dans ce contexte, il était alors malin de la part de Nokia de surfer sur cette vague de nostalgie et d’annoncer un “nouveau” 3310, que nous avons d’ailleurs comparé avec l’ancien. C’est d’autant plus malin que cela lui permet de mieux mettre en valeur ses nouveaux smartphones sous Android.

Un design qui n’a plus grand-chose à voir avec son aîné

Alors que vaut ce nouveau 3310 ? Ce n’est pas brillant. Son design tout d’abord. Nokia a considérablement arrondi la mouture 2017. De ses formes emblématiques, à la fois trapues et massives, il ne garde pas grand-chose en fait : c’est tout juste si le clavier ressemble lointainement à celui de son ancêtre. Son écran (en couleur) de 2,4 pouces mange désormais une grande partie de la façade. Il est également beaucoup plus fin. Disons-le franchement : ce n’est pas un beau téléphone.


C’est surtout la prise en main qui choque. Vous vous souvenez de l’aspect massif et de l’impression de solidité que dégageait le 3310 ? Ils se sont évaporés dans cette version 2017. Le téléphone est beaucoup plus léger et plus mince. Et fait aussi beaucoup plus cheap une fois dans la main avec son plastique que l’on devine de mauvaise qualité. Quant à sa solidité, je n’oserai pas le faire tomber de peur de voir une fêlure dans sa coque. Oui, on est loin du 3310 d’antan.


Une fiche technique indigente

Quant à sa fiche technique, elle tout simplement indigente. Je pourrai aisément pardonner son écran couleur (que je devine sur une dalle TN) si l’on avait trouvé des composants de qualité et des fonctionnalités dignes de ce nom. Ce n’est même pas le cas. La liste des griefs est longue : écran de définition 240 x 320 pixels, mémoire interne de… 16 Mo (extensible avec une carte SD), connectivité à Internet uniquement en 2G et batterie de 1 200 mAh. Concernant cette dernière, on aurait pu croire qu’elle permettrait au téléphone de bénéficier d’une autonomie record. Mais Nokia annonce une autonomie de 22 heures en appel, ce qui est moins bien que le Galaxy S7.

Et puis il y a cette affreuse prise en main. Vous vous souvenez comment c’était “cool” les claviers chiffrés pour écrire des SMS ? J’ai mis bien trois vraies minutes pour écrire “Coucou le Journal du Geek”. Pire, le bouton central pour naviguer dans les menus du téléphone est imprécis au possible et ne va jamais là où l’on désire se rendre. Ce défaut-là, je ne me souviens pas l’avoir eu dans mon vieux 3310 des années 90.

Alors ok, il y a Snake d’installé dessus. Mais Nokia ne s’est pas foulé. Plutôt que de mettre le “vrai” vieux Snake en ton de gris dont tout le monde se souvient, il a installé un jeu créé par Gameloft. Bon, le jeu n’est pas trop mauvais et se joue toujours avec les touches 2, 6, 4 et 8, mais ce n’est pas Snake. C’est une pâle transposition sur un pâle remake de vieux téléphone. D’ailleurs, on trouve d’autres jeux dans la section Games du téléphone, dont Doodle Jump. Mouais.

Un mauvais cadeau pour les nostalgiques

Comme tout trentenaire, j’ai adoré mon 3310. C’est avec lui que j’ai découvert les SMS entre copains, la drague par texto ou les appels passés dans la cour du lycée pour retrouver ses potes. J’ai vraiment de bons souvenirs. Mais cette version 2017, j’ai beau avoir trouvé l’idée séduisante quand j’en ai entendu parler pour la première fois, ce n’est vraiment pas ce que je voulais. En l’état, c’est juste un feature phone comme les autres, datés, peu pratique et un peu moche en plus. Mais il ne coûte que 50 euros et pour ce prix, nombreux seront ceux qui lui pardonneront ses défauts. Pas moi. Je pense sérieusement que j’aurai été prêt à payer un peu plus pour avoir une copie plus soignée. Bref, ce 3310 2017 tient plus du cousin taré que du petit frère tardif.



Source link


vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.