[Test] Nintendo Switch : notre compte rendu complet de la console

0
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});


La console de salon que l’on peut prendre partout avec soi de Nintendo sort dans deux jours. Quant à nous, on y joue de façon intensive depuis mardi dernier et on commence à avoir notre avis sur la question de la console. Après nos premières impressions qui ont suivi nos 3 premiers jours avec la console, il est temps de faire le compte rendu complet de ce que vaut la console au jour 1 de sa commercialisation.

Vous achetez la Switch : qu’avez-vous dans la boîte exactement ?

Il y a ce petit côté pochette surprise qui n’est pas désagréable lorsque l’on déballe pour la première fois la Switch et la console est accompagnée de quelques accessoires.

Dans la boîte il y a donc :

– La console, évidemment

Sans les manettes attachées, il ne s’agit que d’une grosse dalle noire.

– Les deux Joy-con

Néons ou gris, en fonction du modèle que vous aurez choisi


– Le support Joy-con

Il permet de former une manette « normale » avec les deux Joy-con.

– Deux dragonnes pour Joy-con

Il s’agit de deux petits périphériques qui viennent compléter les deux Joy-con quand ils sont détachés de l’écran. En plus de la dragonne, ils offrent deux gâchettes un peu plus grandes que celles naturellement présentes sur les Joy-con.

– La base

Elle permet de connecter la machine sur sa télévision et de charger la console.

– Un câble HDMI d’environ 1 mètre 50

Il permet de connecter la base à l’écran de télévision.

– Un chargeur secteur vers USB-C d’environ 1 mètre 50

Il peut être utilisé pour charger la console n’importe où. Sinon, il sert d’alimentation à la base.

– Une notice

Dans laquelle on peut trouver des chapitres intéressants comme « comment jeter ce produit ». On ne sait jamais, hein ?

Gros plan sur la console

Bien qu’on soit à mille lieues du design rondouillard du Wii U Gamepad, la Nintendo Switch relève quand même d’un design de console portable et pas de tablette ou de téléphone. Ce n’est pas laid, mais ce n’est pas d’une finesse incroyable non plus.

Le haut de la console arbore le bouton d’allumage, le réglage du volume sonore, une ouverture grillagée pour l’aération, une prise jack et le port cartouche, protégé par un petit clapet.

Les deux côtés de la console sont dotés des rails dans lesquels s’emboîtent les Joy-con. Ces derniers viennent s’y emboîter par le haut. Tout en bas du rail, on peut apercevoir les connecteurs qui chargent et font la connexion avec les manettes. C’est très discret et assez malin.

À l’arrière de la machine, un grand logo et les mentions légales. On peut également voir deux autres ouvertures pour l’aération de la machine. On y trouve aussi la béquille qui permet de faire tenir la console debout. Dessous est dissimulé le port pour la carte micro-SD, ce qui est plutôt astucieux !


En dessous, le code-barre bardé du numéro de série et le port USB-C qui sert à la fois à charger la console en mode portable, mais aussi à faire le lien avec le dock et jouer sur la télévision.

Dimensions : 23,9 cm x 10,2 cm x 1,4 cm
Masse : 297 g
Taille de l’écran : 6,2 pouces
Définition de l’écran : 1280 x 720

Gros plan sur les Joy-con et les accessoires

Chacun des Joy-con présente exactement le même nombre de boutons, mais leur disposition est différente. La manette de gauche, la bleue si vous avez la version néon, propose dans l’ordre une gâchette ZL, un bouton de tranche L, le bouton -, le stick analogique, quatre boutons directionnels et un bouton de partage qui sert à prendre des screenshots. À droite, manette rouge, on trouve la gâchette ZR, le bouton de tranche R, le bouton +, le losange classique de boutons A/B/X/Y, puis le stick et enfin un bouton home. À l’arrière de chaque manette, sous la gâchette, un petit bouton noir permet de la désengager de l’accessoire sur laquelle elle est accrochée (support, dragonne ou console).

En tenant un Joy-con dans chaque main, on a donc une disposition façon Xbox One classique, avec des sticks asymétriques, ce qui est, à notre sens un meilleur choix que les deux sticks en bas (ou pire que tout, les deux sticks en haut, comme c’était le cas sur Wii U). L’autre avantage de cette asymétrie est là possibilité de tenir chacun des deux Joy-con comme des manettes individuelles, à l’horizontale, chacun avec un stick à gauche et des boutons à droite. Habituellement dissimulé par la console quand les manettes y sont accrochées, le haut des manettes tenues dans cette disposition possède deux gâchettes. Ces boutons sont cependant peu pratiques et petits. Ils se cantonneront qu’au simple dépannage, d’autant qu’avec la machine sont livrées deux petites barres qui permettent de bénéficier de deux gâchettes bien plus grosses et dotées de dragonnes. Enfin, notez que le Joy-con de droite possède une petite caméra infrarouge en bas et que son stick est doté d’un lecteur NFC.

Avec la console est également livré le support, ou « grip », qui permet de reconstituer une manette « classique » possédant des poignées en y insérant les deux Joy-con. Pas grand-chose à dire si ce n’est que cette version offerte ne recharge pas les Joy-con, contrairement à une autre version du grip qui sera vendue séparément.

Dimensions : 10,2 cm × 3,6 cm × 2,8 cm
Masses : 49 g (L), 52 g (R)

Gros plan sur la base

Enfin, la base, qui est assez légère et pour cause : il y a très peu de composants électroniques dedans. Devant, le logo est affiché dans un léger vernis et une diode verte en bas à gauche permet de savoir si la console diffuse le flux sur la TV ou non.

S’il n’y a rien à signaler sur le côté droit, le côté gauche dispose de deux ports USB 2 qui peuvent par exemple servir à synchroniser ou recharger un controller pro.

À l’arrière, un clapet qui s’ouvre par le haut et sur lequel est gravé le logo de Nintendo dissimule la connectique de cette base. On y trouve un port USB-C sur lequel il est possible de brancher le chargeur qui fait alors office d’alimentation, un autre port USB classique (3.0 cette fois-ci) et la sortie en HDMI. Le clapet a une petite ouverture sur le côté gauche ce qui permet de le fermer tout en laissant passer les fils.

Dessous, 4 patins anti-dérapants donnent de la stabilité au tout. On y trouve aussi le numéro de série et les mentions légales.

Enfin, à l’intérieur, le port USB-C protégé par un petit morceau de plastique sur ressort conçu pour accueillir en douceur la console au moment de l’insérer. Un petit taquet en plastique associé à une encoche dans la machine empêche de l’insérer dans le mauvais sens.

Dimensions : 10,2 cm × 3,6 cm × 2,8 cm
Masses : 49 g (L), 52 g (R)



Source link


vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.