[MWC 2017] On a vu le Mirabook, un PC sans processeur qui repose sur la puissance de son smartphone

0


Miraxess est une petite société française qui pose une bonne question : pourquoi payer aussi cher un PC portable alors que son smartphone est désormais pratiquement aussi puissant que lui ? La réponse est aujourd’hui assez simple : parce qu’il est pour l’instant impossible de partager la puissance de l’un avec l’autre ou d’afficher sur le grand écran de l’un les applications de l’autre. Et c’est là qu’intervient le Mirabook, un laptop pratiquement dénué de composants, mais qui profite de la puissance du smartphone de son utilisateur. Un projet prometteur, mais qui souffre encore de (trop) nombreuses contraintes.

Une promesse séduisante

La promesse du Mirabook est plus que séduisante. Le Mirabook, c’est un PC portable de 13 pouces de moins d’un kilo et doté d’une batterie capable de durer 24 heures. C’est également un PC dont le tarif est situé sous la barre des 300 euros qui se veut “premium” selon Fabien Pointet, le jeune responsable de cette société française. Comprenez par là que le Mirabook devrait disposer d’un peu de métal, de finitions dignes de ce nom et surtout d’un écran Full HD. Je le crois sur parole pour l’instant, le prototype que j’ai aperçu sur le salon était encore assez éloigné de la version finale avec des composants apparents, un écran capricieux et une prise de branchement au téléphone (en USB type-C) trop longue par rapport à son emplacement de rangement.

Mais l’ensemble était fonctionnel et c’était bien l’essentiel. Le principe, on le rappelle, c’est que le Mirabook dispose d’un câble USB Type-C intégré à sa coque, sur laquelle on va brancher son smartphone. Sans smartphone, le Mirabook n’est qu’une coquille vide, un simple écran rattaché à un clavier. Lorsqu’un smartphone est branché, il s’allume et affiche le contenu et les applications du smartphone sur l’écran.

Des contraintes techniques et logicielles

Le Mirabook ne fonctionne malheureusement pas avec n’importe quel smartphone. Il y a à la fois des contraintes techniques et des contraintes logicielles. Techniques, tout d’abord, puisque pour fonctionner, les smartphones doivent disposer d’un port USB Type-C compatible Display Port. C’est actuellement le cas du LG G5, de quelques smartphones HTC et, nous a assuré Fabien Pointet, du futur Samsung Galaxy S8.

La deuxième contrainte est logicielle. Brancher un smartphone à un simple écran est relativement simple. Mais cela ne fait que déporter l’écran de l’appareil, sans l’adapter au nouveau format d’affichage, au clavier et au trackpad. Microsoft a déjà trouvé une solution à ce problème avec Continumm. On branche le téléphone sur un dock relié à un écran et celui-ci affiche un véritable bureau Windows. Le Mirabook est d’ailleurs compatible avec les Windows Phone qui disposent de Continuum. Mais sous Android ?

Oxi à la rescousse

Sous Android, c’est beaucoup plus compliqué puisqu’il est soit nécessaire d’installer une application, Andromium, soit d’installer une ROM custom sur son téléphone, Oxi, soit enfin d’attendre que les constructeurs de smartphones intègrent leurs propres solutions. Là encore, ce devrait être le cas avec le Galaxy S8, qui devrait disposer d’un mode DeX, permettant de transformer un S8 en véritable ordinateur de bureau en le branchant à un écran… ou au Mirabook.

Oxi permet d’afficher un mode multifenêtre sur l’écran du PC.

Des solutions logicielles encore très boiteuses. Andromium est paraît-il assez pénible à utiliser et compatible avec peu d’applications. Quant à Oxi – sur lequel était installé le LG G5 de démonstration du stand -, il s’agit d’une ROM (basée sur Cyanogen Mod) dont l’installation est plutôt lourde. Avec la contrepartie toutefois d’être à la fois compatible avec toutes les applications du téléphone, de proposer un mode multifenêtre et de supporter le clavier et le trackpad. Autre avantage de la ROM : pensant que le téléphone est branché au PC, il est possible de continuer à utiliser son smartphone, pour téléphoner par exemple.

Sortie prévue pour la fin de l’année

Pour l’instant Miraxess en est encore au stade de prototype. La start-up française lancera une campagne de financement participatif sur Indigogo dès le mois d’avril prochain – probablement en même temps que la sortie du Galaxy S8. Il sera alors possible de précommander le Mirabook à un tarif légèrement moins élevé que le prix final (de 299 euros). La livraison des produits est quant à elle attendue pour la fin de l’année.

Il reste maintenant à Miraxess de trouver son public. L’idée est bonne, le produit en lui-même me semble à la fois complet et de qualité, mais l’aspect logiciel me semble encore trop contraignant. Si vous rêvez de voyager avec un laptop super léger et que vous n’avez pas peur de mettre les mains dans le cambouis logiciel de votre smartphone, c’est probablement une très bonne affaire. Dans le cas contraire, je vous conseillerai vivement d’attendre les premiers retours pour craquer.

> Site officiel du Mirabook



Source link


vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.