on a posé 5 questions à Antoine Dreyfus, Head of FireTV & Tablets Europe chez Amazon

0


De passage sur le Salon du Livre de Paris le mois dernier, nous avons pu poser quelques questions à Antoine Dreyfus, Head of FireTV & Tablets Europe chez Amazon. Où en est la lecture numérique en France, quelles sont les stratégies de l’entreprise de commerce électronique pour démocratiser les usages de lecture sur support numérique et où en est-elle au niveau la technologie ? Voici quelques-unes des passionnantes problématiques que notre interlocuteur a bien voulu commenter pour nous.

Antoine Dreyfus – Crédit photo : Annabel Deschamps

Journal du Geek : Comment se porte le marché français de la lecture numérique ?

Antoine Dreyfus : On continue à être excité, encouragé par ce que l’on voit sur le livre numérique. Je peux vous donner quelques indications de tendances qui, pour nous, confirment la santé de ce segment. De plus en plus d’auteurs nous rejoignent, soit par le catalogue des éditeurs, soit via l’auto-édition. Si les auteurs nous apportent de plus en plus de nouveaux contenus, de nouveaux livres, c’est qu’ils trouvent leur intérêt à être publié ou à publier chez nous. Et s’ils trouvent leur intérêt, c’est qu’il y a des lecteurs.

Si vous avez lu la dernière étude qui est sortie juste avant le salon, sur les habitudes de lecture en France, vous savez que de plus en plus de gens lisent dans des contextes différents, et notamment dans des contextes nomades. Ceci est facilité par le développement et l’essor de la lecture numérique.

Est-ce que c’est comparable à ce que l’on voit aux États-Unis ou en Angleterre ? Non, pas encore. La France reste un pays où la pénétration de la lecture numérique reste plus faible que dans ces pays anglo-saxons. Mais est-ce que ça continue à croître ? Oui, définitivement. Ce que l’on voit également, c’est qu’à partir du moment où les gens vont s’engager dans la lecture numérique, ils vont lire plus, à la fois en numérique et sur papier. Les gens qui achètent pour la première fois un Kindle et vont commencer à lire sur support numérique achètent aussi plus de livres papier. On ne vit pas ça comme une transition technologique brutale, avec un support qui mange l’autre.

Kindle Oasis

Quelles sont vos stratégies actuelles pour attirer les lecteurs qui ne lisent que du papier ?

Tout va dépendre des usages de lecture de la personne qu’on cherche à convaincre. On a beaucoup de points d’attaque : vous voyagez beaucoup et vous lisez beaucoup ? Prenez une liseuse. Vous pouvez emporter 1000 livres dans un appareil qui pèse entre 170 et 210 grammes. On a aussi des gens qui nous disent qu’ils sont venus au livre numérique pour des raisons de stockage. On a d’autres gens qui vont lire sur Kindle pour apprendre les langues étrangères, où vous avez accès à une librairie de contenus, en anglais, en allemand, en chinois, etc. Dans ce cadre-là, vous avez en plus un accès au dictionnaire en ligne, avec la possibilité d’avoir des traductions immédiates.

Est-ce que vous estimez être arrivé à maturité au niveau de la technologie ?

Vous savez, on n’est jamais satisfait. On fabrique des Kindle depuis dix ans, on a encore lancé des produits particulièrement innovants l’année dernière avec Kindle Oasis, qui est un produit encore plus léger. Aujourd’hui, la grande majorité de nos produits dispose d’écrans 300 dpi, ce qui offre une grande lisibilité. Ce qui compte, c’est de continuer à innover pour répondre aux attentes des clients. On a plein d’idées et sur le segment de la liseuse, on est sans doute ceux qui innovent le plus. On va continuer dans cette voie.

Kindle Paperwhite

Sur l’abonnement Kindle Unlimited, un peu comme avec Netflix avec le cinéma, on n’a pas toujours les dernières nouveautés. Est-ce que vous y travaillez ?

La comparaison avec Netflix n’est pas une mauvaise comparaison parce que c’est un peu le même système financier derrière, avec un abonnement qui va vous donner du contenu illimité. Et il est vrai que les éditeurs privilégient parfois, pour les premières parutions, les ventes à la carte ou à l’unité plutôt que de les intégrer dans un système d’abonnement. C’est pas nous qui nous restreignons et qui disons : « Non, on ne veut pas mettre ces nouveautés dans l’abonnement Kindle ». Nous, on a toujours envie d’offrir l’offre la plus large possible mais on ne détient pas tous les cordons sur le sujet.

Vous avez Kindle et vous avez Fire. Quels sont les deux axes de développement ? Comment on fait cohabiter les deux appareils ?

La cohabitation, elle est dans l’usage. Vous avez un produit dédié à la lecture et vous avez un produit multimédia. De notre côté, on a un peu secoué le cocotier de ces tablettes en arrivant avec des produits bon marché et de grande qualité. La tablette Fire en 7 pouces, c’est 59,99 euros. Fire HD 8 avec un écran HD, une autonomie de batterie assez impressionnante, 109,99 euros. On essaie de continuer à soutenir nos efforts sur ce marché.

Mais on n’oppose pas les deux axes car les usages sont différents. Vous avez un produit centré sur la lecture et un produit multimédia qui va vous permettre d’accéder à vos e-mails, à internet, à de la musique, etc. On ne fait pas de choix entre les deux. D’ailleurs, dans les habitudes de lecture, on voit tout à fait des gens qui vont posséder les deux, ou des gens qui vont avoir un iPad et qui vont lire de temps en temps via l’application Kindle, et puis après sur leur téléphone, et puis après sur leur liseuse…

>> Pour comparer les liseuses Kindle d’Amazon

PS : À nos lecteurs qui ont des romans dans les cartons, sachez qu’Amazon s’apprête à lancer le concours Les Plumes Francophones 2017, qui permet à tous de proposer un manuscrit sur la plateforme Kindle Direct Publishing d’Amazon. Deux auteurs se verront décerner deux prix, la Plume des lecteurs et la Plume du Jury, ainsi que le soutien d’Amazon pour la mise en avant de leur ouvrage. Vous pourrez envoyer votre manuscrit à partir du 1er mai à cette adresse, et ce, jusqu’au 31 août.



Source link


vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.