Loin devant Canal Play, Netflix déjà leader des plateformes de SVoD en France

0


Avec 1,5 million d’abonnés en France, Netflix peut se targuer d’avoir fait une entrée remarquable et remarquée dans la cour des grands services de vidéos à la demande. Le géant américain dépasse désormais son principal rival Canal Play.

Presque deux ans après son lancement en France en septembre 2015, Netflix a franchi la barre des 1,5 million d’abonnés. Pourtant avare en chiffres lorsqu’il s’agit de révéler le nombre d’abonnés de la plateforme qu’il dirige, Reed Hasting s’est confié au Monde lors de son passage éclair à Paris. Le CEO de Netflix a ainsi révélé que la plateforme fêtera bientôt ses 100 millions d’abonnés à travers le monde, dont 1,5 million en France.

Malgré un chiffre en deçà des prévisions, 1,8 million d’abonnés en 2016, Netflix peut tout de même se targuer d’être numéro 1 des SVoD devant l’historique Canal Play et ses 620 000 abonnés en septembre dernier.

Deux ans et déjà leader

Le rouleau compresseur Netflix a donc tenu son pari en seulement deux petites années. Ce n’est peut-être pas son catalogue de films, très peu fourni en nouveautés, qui l’a tiré vers le haut, mais plutôt son offre de séries et contenus originaux : de Stranger Things, en passant par The OA et autres pépites de l’année écoulée.

Revenant sur la polémique du festival de Cannes et la sacro-sainte chronologie des médias, exception culturelle française qui parait datée à l’heure du streaming et autre service de VOD comme Netflix, Reed Hasting a clos le débat. Il n’est pas ouvert à la négociation, quand bien même professionnels et gouvernement Macron pousseraient vers plus de souplesse. Pour Reed Hasting, il ne doit pas y avoir de délai entre la sortie d’un film en salle et sa diffusion sur d’autres canaux : « Dix mois ne serait pas un délai acceptable pour nous. Dix jours non plus, d’ailleurs », a-t-il indiqué au quotidien du soir.

Pas de négociation sur la chronologie des médias

« Nous savons tous faire la cuisine, mais cela ne nous empêche pas d’aller parfois au restaurant. Et on n’interdit pas aux gens de faire à manger chez eux pendant trois ans pour préserver le secteur de la restauration… ».

Pour faire gage de bonne volonté, il a confirmé son intérêt pour la production française, même si le catastrophique Marseille est encore dans tous les esprits : « Notre stratégie est de produire volontairement du contenu français et d’investir dans la création, afin d’apaiser les tensions avec le secteur, explique Hasting. Si beaucoup de producteurs nous vendent des programmes, il n’y aura plus que les distributeurs de contenus, comme les chaînes et les salles, pour se plaindre. » Ainsi, Netflix devrait dépenser 40 % de plus qu’en 2017 pour ses achats et productions made in France. Deux autres séries sont en projet après Marseille et Osmosis.

• Lire aussi : Loin devant Canal Play, Netflix déjà leader des plateformes de SVoD en France



Source link


vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.