Les premières voitures volantes dans nos villes entre 2020 et 2022 ? Plusieurs constructeurs le pensent

0


Si la voiture volante reste encore dans notre esprit un doux fantasme – on en a encore jamais vu dans nos villes – elle pourrait débarquer d’ici trois petites années à peine dans nos villes, espèrent plusieurs constructeurs/ingénieurs/start-uppers interrogés lors du dernier Web Summit, qui avait lieu la semaine dernière à Lisbonne.

Crédits : Airbus

La progression des intelligences artificielles et les transports de demain étaient (notamment) au menu de la conférence annuelle sur les technologies, qui se tenait cette année au Portugal. Le journal Les Echos rapporte ainsi l’enthousiasme de plusieurs acteurs de l’industrie du transport concernant la voiture volante. Un tel mode de transport résoudrait selon eux des problèmes majeurs rencontrés par la mégalopole d’aujourd’hui (notamment les grandes villes asiatiques), comme la pollution, le bruit ou les embouteillages.

• Lire aussi : Relier les principales villes du monde en moins d’une heure grâce à des fusées, le nouveau projet fou d’Elon Musk

On vous en parle régulièrement, de la voiture volante, tant les acteurs à travailler/communiquer dessus sont nombreux, qu’ils appartiennent à un grand groupe industriel (Airbus, Toyota) ou qu’ils soient de jeunes pousses aux dents longues (Volocopter, Lilium, etc.). Tous espèrent réussir le délicat challenge qui les attend sur le sujet, à savoir trouver la technologie adéquate (sécurité, fiabilité) et faire évoluer les réglementations en vigueur dans nos villes.

Transport en commun pas (encore) commun

Pour François Chopard, fondateur de l’accélérateur de start-up Starburst Aeroposace, interrogé par nos confrères, cette voiture volante se situera au niveau du design entre un imposant drone et un avion de poche. Les ailes, note-t-il, permettent d’aller plus vite et d’économiser du carburant, à l’heure où l’autonomie est une donnée cruciale. Il pense également qu’un décollage vertical sera plus adapté aux villes.

• Lire aussi : Quand certains développent des voitures volantes, d’autres, comme le co-fondateur de Google, pensent à un dirigeable géant

Autres prédictions de François Chopard, ces engins ne seraient dans un premier temps pas complètement autonomes, à cause de la régulation, et seraient utilisés sur le modèle du taxi ou du transport en commun, en raison de la cherté des premiers appareils et de la nécessité qu’ils soient rechargés dans des endroits précis.

La marque DeLorean développe aussi sa voiture volante.

Entre trois et cinq ans

C’est entre 2020 et 2022 que débarqueraient dans nos villes les voitures volantes pour Mathias Thomsen, responsable de la mobilité urbaine à Airbus, de même que pour Francois Chopard. Notons que si la voiture volante est un concept sur lequel de nombreux acteurs travaillent, elle n’est pas la seule possibilité de révolution du transport promise. La voiture autonome « classique » est elle aussi un sujet qui revient sur toutes les bouches depuis quelques années (Symbioz chez Renault, Instinct chez Peugeot, etc.). D’autres technologies encore plus futuristes, comme l’Hyperloop ou les tunnels urbains d’Elon Musk viennent complètent un excitant tableau pour nos villes de demain.



Source link


vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.