Le service de VoD de Disney sera moins cher que Netflix

0


Alors que le lancement de la plateforme n’est pas attendu avant 2019, Disney joue déjà les troubles fête sur le marché du streaming en annonçant une offre inférieure à celle de Netflix, son principal concurrent.

La guerre est déclarée ! Après avoir annoncé son départ de Netflix en même temps que le lancement de sa propre plateforme de vidéo à la demande pour 2019, Disney va proposer une offre d’abonnement inférieur à celle de Netflix.

« Je peux affirmer aujourd’hui que nos plans sont de commercialiser l’accès à notre plateforme à un prix sensiblement inférieur à Netflix. D’un certain côté, cela reflétera le fait que nous aurons moins de contenu au départ […] Mais nous aurons beaucoup de qualité, grâce aux marques et licences que nous possédons », explique Bib Iger, le PDG de The Walt Disney Company.

Des licences poids lourds

Et c’est peu de le dire au regard des licences détenues par le studio depuis le rachat de Lucasfilm (Star Wars, Indiana Jones) et Marvel, mais aussi avec ses filiales comme ABC ou ESPN.

Si Netflix espérait un temps conserver Marvel et Star Wars dans son giron, Disney a vite douché ses espoirs pour en garder l’exclusivité.


Le groupe a même confirmé la création d’une nouvelle trilogie Star Wars chapeautée par Rian Johnson ainsi qu’une série TV produite pour la plateforme.

Une augmentation déjà programmée

De tels contenus et la création de contenus originaux amèneront ensuite Disney à réévaluer le tarif de l’abonnement pour « refléter le volume de contenus ajoutés ». À l’instar de la récente hausse des prix opérée par Netflix.

Mais du côté de leader du secteur, on préfère temporiser l’arrivée de ce concurrent de poids : « Cela n’aura pas forcément d’impact sur notre croissance » assure Reed Hasting, le boss de Netflix. « Dans de nombreux pays, [Netflix] n’a presque pas de programmes Disney et chacun peut constater qu’il s’en sort très bien à l’international ».

Pour l’instant du moins… Netflix a tout intérêt à consolider sa base et muscler sa politique de contenus originaux s’il veut rivaliser avec le mastodonte qui s’apprête à effectuer son entrée.



Source link


vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.