Nintendo passe, EmuParadise trépasse : clap de fin pour les ROM sur le site n°1 mondial


EmuParadise fête sa majorité d’une bien triste manière. Comme annoncé sur le site par son administrateur indien le 8 août dernier, le célèbre site cessera désormais de proposer des fichiers d’anciens jeux pour console.

« La plupart d’entre vous savent que la situation des sites d’émulation a changé récemment. Ce que vous ne savez probablement pas, c’est qu’à EmuParadise nous avons été confrontés à ces problèmes pendant les 18 années de notre existence. Depuis les lettres de menace jusqu’à la fermeture soudaine de nos serveurs par nos hébergeurs en raison de plaintes, nous avons tout vu. Nous avons toujours respecté les demandes de suppression, mais, comme vous pouvez le constater, ce n’est pas une garantie », regrette-t-il.

Nintendo le Croisé

Petit rappel : « Un émulateur de système de jeux vidéo est un programme informatique qui permet à un ordinateur ou à une console de jeux vidéo d’émuler le comportement d’une autre console de jeux vidéo, ou d’un système d’arcade. » (source Wikipedia). Les ROM proposées notamment sur EmuParadise permettent de jouer à certains jeux sur d’autres plateformes que la console à laquelle ils sont liés, c’est-à-dire bien souvent sur PC ou sur mobile. Vous pourriez ainsi jouer à Mario Kart sur votre ordinateur.

« J’ai créé EmuParadise il y a dix-huit ans parce que je n’avais jamais eu l’occasion de jouer à ces incroyables jeux rétro pendant mon enfance en Inde, je voulais que d’autres gens puissent y avoir accès », tente-t-il d’expliquerSans jamais le mentionner, EmuParadise évoque clairement les récentes attaques de Nintendo contre l’ensemble des sites émulateurs.

Haro sur les émulateurs

Par le passé, la firme japonaise a déjà fait retirer 562 jeux de fans d’une plateforme d’hébergement pour infraction au droit d’auteur. Il y a quelques semaines encore, ce sont les sites LoveROMS.com et LoveRETRO.co, deux sites notoirement connus pour héberger des jeux piratés, qui étaient visés.

Nintendo a toujours férocement protégé ses droits d’auteurs, quand d’autres éditeurs et constructeurs de consoles faisaient preuve d’une relative tolérance. Popularité du rétro gaming oblige, certains titres et consoles se sont vu accorder une seconde jeunesse avec un retour fracassant sur le marché. Ces sites d’émulation se sont donc rapidement retrouvés dans l’œil du cyclone. D’autant qu’avec la Switch ou ses consoles Mini, Nintendo refait vibrer la corde sensible du rétro gaming…  que ce type de sites à contribuer à stimuler.

EmuParadise dit ne pas vouloir « risquer des conséquences potentiellement désastreuses » et ne peut maintenir son activité « d’une manière qui satisfasse tout le monde et nous maintienne hors de danger ». La plateforme a donc préféré retirer l’ensemble des ROM de son catalogue.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.